ACCUEIL TICE > Actualités > Veille pédagogie & numérique 
 

Apprendre et enseigner dans les mondes virtuels

16 février 2012
Le paysage universitaire est en pleine mutation depuis l'émergence du web 2.0. Les outils numériques intègrent de plus en plus les enseignements. De nouveaux espaces d'apprentissage ont vu le jour ; blogs, réseaux sociaux, sites de partage de signets etc.

Cet article, rédigé par Jean-Paul Moiraud et publié sur Actualitice, explore un espace d'apprentissage encore assez méconnu, le monde virtuel.

Avant toute chose, il faut définir ce qu'est un monde virtuel. Il s'agit d'un monde en trois dimensions dans lequel évoluent des "avatars", représentations numériques des internautes. Ces environnements virtuels peuvent être soit une représentation du monde tel qu'on le connait soit une représentation imaginaire. On peut donc recréer une véritable salle de classe, un amphi etc. Mais il est aussi possible de représenter des savoirs et on pourra, par exemple, faire évoluer des avatars au milieu de la voie lactée.

Une particularité de ce dispositif semble résider dans son rapport avec l'intention pédagogique de l'enseignant. Un élément essentiel dans l'utilisation et l'intégration d'outils numériques dans un apprentissage est la pédagogie. C'est elle qui entraine le choix de l'outil. Or Jean-Paul Moiraud explique ici que le recours à un environnement virtuel représente une exception ; ce sont les spécificités de l'outil (différentes selon le monde virtuel choisi) qui influencent, de fait, les éléments du scénario pédagogique.

Quatre types d'utilisation de ces mondes virtuels sont recensés par Jean-Paul Moiraud :
  • le monde virtuel comme instrument de formation en ligne
  • le monde virtuel comme instrument de simulation
  • le monde virtuel comme instrument d'immersion
  • le monde virtuel comme instrument de co-construction des savoirs
Le monde virtuel peut offrir des spécificités qui n'existent pas dans le cadre d'un apprentissage plus traditionnel. Dans une formation à distance, par exemple.

Une formation dans un monde virtuel pourrait donner une dimension différente aux interactions apprenant-tuteur. Ce type de dispositif pourrait donner un "visage" à chacun des acteurs de l'apprentissage grâce aux avatars. Le concept de la classe virtuelle pourrait aussi prendre un sens différent ; au lieu de se rassembler dans un tchat, les apprenants pourraient évoluer dans la représentation d'une salle de classe ou d'un amphi et échanger directement avec les avatars autour d'eux. Le tuteur ou l'enseignant pourrait aussi interagir avec eux en imitant des actions de la vie réelle, par exemple en se déplaçant dans l'espace, comme le ferait un enseignant dans la vie réelle.

L'une des difficultés serait la charge cognitive de ce type de dispositif, peut-être plus importante que dans une formation en ligne traditionnelle. Les enseignants et les apprenants devraient apprendre à faire évoluer leur avatar dans un environnement 3D. La prise en main des outils numériques qui font partie intégrante d'une formation à distance n'est pas toujours aisée. On peut imaginer que la prise en main d'un monde virtuel, souvent peu connu du grand public, représenterait une difficulté supplémentaire.

Pour en savoir plus :
Portail d'Actualitice : http://www.actualitice.fr/
Blog de Jean-Paul Moiraud : http://moiraudjp.wordpress.com/

Voir toute la veille pédagogique et technologique

PARTAGER CET ARTICLE :