ACCUEIL TICE > Pratiques pédagogiques > Exemples de réalisations 
 

Tolbiac en sociovisuel

17 septembre 2018
Filmer la vie et l’espace pour manipuler les concepts sociologiques. Faire travailler les étudiants de L1 (UE sociologie) sur la vie et l’espace de leur lieu d’étude afin de leur permettre d’en comprendre les ressorts sociaux et spatiaux, et ainsi de mieux s’y situer.
Composante : Institut d'administration économique et sociale (EDS-IAES)
Porteuse de projet : Valérie Asensi
Public : L1
Période : 2017-2018 et suivantes

CONTEXTE

La diversité du recrutement, tant sociale que scolaire, et la faible proportion d'étudiants ayant placé la filière AES en premier vœu compromettent la réussite en L1.
Valérie Asensi a utilisé la pédagogie par projet pour aider ces étudiants à trouver leur place dans l'environnement universitaire : les faire travailler sur la vie et l'espace de leur lieu d'étude leur permet d'en comprendre les ressorts sociaux et spatiaux, et ainsi de mieux s'y situer.




DISPOSITIF

Le projet concerne 450 étudiants de L1 de la filière AES (Administration économique et sociale). Le travail se fait dans le cadre des TD de sociologie, par groupe de 3 étudiants. L'objectif est de produire un texte écrit et un document visuel. La moitié de la cohorte travaille sur l'espace, l'autre sur les occupants du centre (étudiants et personnels).
Une fois acquises les notions sociologiques et les techniques d'observation, les étudiants réalisent de façon autonome une « Minute Lumière » c'est-à-dire un plan séquence d'une minute tourné avec leur smartphone. Un portrait sociologique rédigé accompagne le film.


OBJECTIFS
  • Donner une visibilité aux questions abordées en cours : le marquage social des corps, la division sociale de l'espace, la diversité de la « jeunesse »
  • Aider les primo-arrivants à l'université à mieux s'inscrire dans leur nouveau cadre d'étude et à en comprendre les ressorts
  • Initier les étudiants à la sociologie filmée, une pratique qui a fait ses preuves dans les milieux académiques anglo-saxons et qui est encore méconnue en France
MODALITÉS

La réalisation s'étale sur cinq semaines :
  • Semaine 1 : consignes de tournage (avec l'équipe du Service des usages numériques)
  • Semaine 2 : observation/repérages (sur les heures de TD)
  • Semaine 3 : tournage (sur les heures de TD)
  • Semaine 4 : dépôt des films sur la médiathèque de Paris 1
  • Semaine 5 : sélection par les étudiants de 3 films par groupe de TD
À la fin du semestre, un montage des 28 séquences sélectionnées a été projeté en amphithéâtre devant l'ensemble des étudiants.

BILAN

Un projet perfectible... et néanmoins très satisfaisant

Quelques étudiants ont choisi de filmer leurs cours sans observer les consignes données (demande d'autorisation préalable et signature du document idoine). Par ailleurs, les chargés de TD ont rencontré des difficultés dans l'articulation des notions étudiées en cours avec les tournages. Un tutoriel et des consignes plus précises seront déposés l'an prochain sur les EPI (Espaces pédagogiques interactifs) afin d'améliorer l'accompagnement.

À quelques exceptions près, tous les étudiants ont joué le jeu, se sont investis dans leur groupe de travail et ont produit les travaux audiovisuels et textuels demandés.
C'est une expérience forte et valorisante pour eux tant d'un point de vue académique que dans une perspective d'insertion professionnelle. Cela leur donne une bonne entrée en matière à l'enquête sociologique, pratique qu'ils devront construire et conduire en seconde année de Licence.

Par ailleurs, nos étudiants se trouvent trop souvent contraints par les exigences académiques à leur entrée à l'université. En proposant de les évaluer de façon exigeante sur des compétences différentes (travail en groupe, montage d'un projet, auto-évaluation...) nous leur donnons la possibilité de valoriser des savoirs et des savoir-faire moins discriminants.

Le projet se poursuivra les années suivantes sur d'autres thématiques.



PARTAGER CET ARTICLE :

 
Trouver sa place


 
« Tous les étudiants ont joué le jeu, se sont investis dans les groupes et ont produit les exercices audiovisuels demandés. C'est une expérience forte et valorisante qui leur sera utile dans une perspective d'insertion professionnelle »

Valérie Asensi